actualités

Vendredi 27 mars • 20h
3 cinés Robespierre

CinéHistoire
Lucien Hanoun,
un siècle d’engagement

Le 3 cinés Robespierre accueillera le 27 mars prochain, à l’initiative de l’association Art et mémoire au Maghreb, une projection-débat autour du documentaire de Raymond Mourlon* et en sa présence, intitulé « Lucien Hanoun, son engagement pendant la guerre d’Algérie« . Lucien Hanoun a habité notre commune où il s’est fait connaitre comme militant et homme d’engagements.

Mis en lumière par René Gallissot dans le prestigieux dictionnaire du Mouvement Ouvrier, édité en ligne par l’université Paris I, le parcours de Lucien Hanoun, commence le 19 septembre 1914 en Oranie. Fils d’un soldat de la première guerre mondiale mort au combat, pupille de la nation, le jeune garçon est formé à l’école républicaine. Les parents, juifs d’Oranie, parlent arabe à la maison. Il va au lycée d’Alger puis en khâgne à Sceaux et devient professeur de français. Après avoir fait partie des étudiants socialistes qu’il quitte au moment de la guerre d’Espagne, il adhère au PCF en 1938.

Il est mobilisé en 1939 à Alger. Au sortir de l’armée en 1940, il est nommé à Sidi-Bel-Abbès, avant d’être exclu de l’Éducation nationale par application des lois raciales de Vichy. Il continue cependant d’assurer des cours au collège d’enseignement, dans la clandestinité. En 1944, il est rappelé dans l’armée française où il participe à la chute du Reich. Démobilisé en août 1945, il enseigne à Sidi-Bel-Abbès, puis Alger. Communiste et militant du Mouvement de la paix, il est sanctionné par l’administration académique, pour son action visant à élargir la scolarisation des enfants algériens et son rôle de rédacteur de la feuille périodique non officielle La Voix du soldat qui conteste la propagande militaire. Dix-sept numéros paraissent sous sa plume jusqu’en novembre 1956 et son arrestation.

Alger, à l’indépendance. Lucien Hanoun et ses élèves.

 

 

 

 

 

 

 

 

Emprisonné et torturé, il est condamné à quatre ans de prison. À sa sortie, il revient à Alger dans la clandestinité. Après l’indépendance, refusant d’être tenu pour coopérant français, devenu citoyen algérien en 1963, il reprend l’enseignement et l’action syndicale. L’arabisation le fragilise cependant et bien malgré lui, il part finalement pour la France, terminant sa carrière dans le Val-de-Marne. Lucien Hanoun est mort le 7 avril 2018, à l’âge de 103 ans, après une destinée partagée entre l’Algérie et la France. Deux pays dans lesquels il s’était engagé et qu’il avait aimé de manière égale.

Au-delà de ce parcours exemplaire, ce projet cinématographique et mémorielle est destiné à faire connaitre notre histoire aux jeunes générations et rencontrer celle qui a permis par ses engagements, la décolonisation et l’émancipation des peuples. Avec l’historien Alain Ruscio spécialiste des problèmes liés aux colonialismes et en présence de l’organisateur, l’association Art et mémoire au Maghreb.

Un beau rendez-vous !

* Documentariste et spécialiste de l’histoire sociale, a réalisé de nombreux sujets, notamment sur Alban Liechti, militant réfractaire, qui a été projeté au 3 cinés Robespierre en 2012, ou sur Mai 68 à Pantin et au Pré-Saint-Gervais.

Informations pratiques
3 cinés Robespierre
19, av. M.-Robespierre • Vitry-sur-Seine