album photos

  • 08 mars 2020

    La dictée en famille 2020

« Courage, osons ! »

Qu’il en a fallu du courage aux 37 candidat-e-s de la dictée en famille, par une météo changeante et en pleine crise du coronavirus, de se retrouver dans une ambiance très studieuse, devant sa feuille, prêt à en découdre avec les pièges et subtilités da langue française. Un récit, de quelques trois-cent mots, concocté par Ludovic Souliman (conteur) sur le thème du courage. Certainement pour cette épreuve, l’un des textes le plus poétique et difficile qu’il était donné de recevoir.

La dictée

Il était un petit cheval blanc, tous derrière et lui devant. Il galopait dans le mauvais temps et affrontait vaillamment les bourrasques et les moqueries. Qu’il avait donc du courage ! La fin du poème est des plus tristes, la mort frappe le bel animal, foudroyé par un éclair blanc lancé par l’irascible Jupiter, Dieu des nantis nababs.
Ainsi périt le vaillant rêveur, l’utopiste qui défie la loi, qui ose la voie du cœur, la voie de l’autre, de l’étranger qui nous apporte ce que nous ignorons.
Il est temps de conjuguer au présent inconditionnel la voie aimante et fraternelle.
Fin niveau primaire

En ces journées d’orage et désespoir, de tempêtes antisociales, il en faut du discernement pour résister à la cynique attitude et à la machine infernale de la moulinette médiatique qui distillent la peur, l’indifférence et le repli sur soi. Les bélîtres folliculaires corrompus s’en donnent à cœur joie pour salir et répandre l’opprobre sur celles et ceux qui luttent contre les ravages de la ploutocratie, absolvant les casqués matraqueurs assermentés, honnissant les castagnés, les éborgnés aux mains arrachées.
Le vrai courage ne porte pas d’uniforme et n’obéit pas aveuglément aux oukases venus d’en haut.
Fin niveau secondaire

Quelle trichotillomanie ! Addicts accros du sans faute(s), pardonnez les trois-cent mots que cela m’a coûté ainsi que les fieffées anacoluthes amphigouriques qui ont parsemé ce chemin d’embûches. Les cent-vingt-trois heures que j’ai passées à cet hymne méritent bien votre indulgence.
Virons enfin vers l’océan de nos humanités. Osons céans le courage d’aimer, l’éthique de l’empathie, seule vraie eccéité pour être humain.
Revendiquons le féminin aimant. Soyons toutes courageuses, unies contre l’injustice et les inégalités, ardentes défenseuses oblatives de la vie même la plus infime, de l’anthyllide à l’ammophile. Créons la quiddité d’une terre fraternelle et sororale. Courage, osons !
Fin niveau adulte

Après correction et un goûter bien mérité, les lauréats ont tous été récompensé d’un ouvrage lié au courage, proposé par la librairie « Les Mots Retrouvés » et selon la catégorie d’un bon d’achat et de places de cinéma.

Les gagnants
« catégorie primaire » :
1er prix Manel OUABA 2e prix Zakaria BEN SABER 3e prix Malik HERNANDO
« catégorie secondaire » :
1er prix Marine LANDRES  2e prix Georges LANDRES • 3e prix Luisa HERNANDO
« catégorie adulte » :
1er prix (exquo) Anne-Marie DELAFERTE & Solange NOYE 2e prix Julie CLEMENT

> plus d’infos sur le Printemps des poètes 2020 organisé par le Centre Culturel de Vitry.

Photos d'Emmanuel Fougeray.

 

photo
photo
photo
photo
photo
photo
photo
photo
photo
photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo